Hermann et Gabrielle : Lettres du front macédonien (6)

Publié le 9 Septembre 2014

Hermann et Gabrielle : Lettres du front macédonien (6)

Aujourd'hui avant de vous retranscrire certaines cartes d'Hermann, je voulais vous montrer les deux bijoux qu'il avait fait parvenir à Gabrielle.

Les bijoux étaient accompagnés de ce petit mot :

"A sa Gabrielle affectionnée en souvenir d'une sincère amitié,

Son frérot tout dévoué

Hermann

La croix a cela de particulier qu'elle contenait une relique. Elle est entièrement travaillée au burin.

Je n'ai pas pu vous trouver une bague à votre doigt, les femmes ayant ici des doigts monstres. Elles mettent cela au pouce assez souvent. Enfin ce grossier bijou est plutôt à garder comme curiosité"

Pour vous donner une idée de la dimension de la bague , j'en ai mis une des miennes à côté (je fais du 56)
Pour vous donner une idée de la dimension de la bague , j'en ai mis une des miennes à côté (je fais du 56)
Pour vous donner une idée de la dimension de la bague , j'en ai mis une des miennes à côté (je fais du 56)
Pour vous donner une idée de la dimension de la bague , j'en ai mis une des miennes à côté (je fais du 56)
Pour vous donner une idée de la dimension de la bague , j'en ai mis une des miennes à côté (je fais du 56)
Pour vous donner une idée de la dimension de la bague , j'en ai mis une des miennes à côté (je fais du 56)

Pour vous donner une idée de la dimension de la bague , j'en ai mis une des miennes à côté (je fais du 56)

Vue orientale des colonnes de Jupiter - Athènes

Vue orientale des colonnes de Jupiter - Athènes

17 juillet 1916         

 

Bien chère frangine,

 

J'ai reçu hier votre petit colis contenant les livres. Je ne les ai pas encore lus mais  je pense qu'ils m'intéresseront. Il y en a un particulièrement qui a l'air bien. Enfin cela me fera passer un petit moment tout en repassant un peu les passages importants du protestantisme. Mille mercis alors à vos amis et à vous. J'ai encore reçu aujourd'hui une carte. C'est très gentil à vous chère frangine de ne pas oublier votre frérot. 

A propos il est un peu indisposé votre frangin depuis deux jours. L'estomac cloche un peu alors depuis ce matin malgré mon bon appétit, je l'ai soumis à un régime de retraite. C'est à dire la diète. J'espère que d'ici un ou deux jours tout ira bien. A part cela rien de particulier. Toujours le calme. Il fait frais depuis hier. Le temps est au nord ce qui est très agréable, on n'étouffe plus, si ça pouvait durer !

Je vous laisse chère frangine et compte sur vous pour une longue lettre prochainement. Votre frérot tout dévoué. 

 

Hermann

Hermann et Gabrielle : Lettres du front macédonien (6)

4 août 1916           

 

Bien chère frangine,

 

J'ai enfin pu me procurer des cartes de Constantinople et m'empresse de vous en faire parvenir une. Heureusement je suis tombé sur une édition très belle qui vous fera certainement plaisir.

J'ai reçu avant hier votre lettre du 19 et m'excuse de ne vous répondre que par une carte. Je pense que vous me pardonnerez chère frangine car en ce moment je suis très occupé. Ma brigade n'ayant pas d'interprète je dois la servir en même temps que mon régiment. Vous voyez donc que mes journées sont bien remplies , il y a même un peu de surmenage mais je supporte car cela ne durera pas longtemps. Une fois en position tout se calmera. A vrai dire je ne sais pas toujours où nous allons mais toujours est-il que nous descendons vers l'ouest. 

Après deux jours je reprends ma carte chère frangine qui avait été interrompue par mon service. Nous marchons toujours et ne sais où nous allons. La santé est bonne mais la fatigue se fait lourdement sentir. 

A bientôt chère frangine, écrivez-moi souvent. Dès que j'aurais le temps je vous écrirai longuement. 

Votre frangin tout dévoué, 

 

Hermann 

 

 

Hermann et Gabrielle : Lettres du front macédonien (6)

En campagne, 10 août 1916    

 

Chère frangine,

 

Décidément je ne pourrai pas avoir un moment de libre pour vous le consacrer. Comme je vous le disais hier, j'avais l'intention de vous écrire longuement aujourd'hui mais l'homme propose et Dieu dispose, c'est bien vrai. Mes plans sont détruits et je me vois obligé encore de venir vous trouver avec une carte. Ma journée que je prévoyais donc calme se trouve entravée par des courses, c'est pourquoi vous m'excuserez encore. 

J'avais complètement oublié hier de vous dire que je n'avais pas encore reçu de nouvelles de Couprie.  C'est assez long à venir car le pli doit passer par plusieurs mains, j'espère recevoir quelque chose dans une dizaine de jours. Je vous dirais ce dont il en est. Réciproquement j'aime à croire que vos parents se portent bien et vous prierai de leur présenter mes respectueuses salutations.

A bientôt alors chère frangine le plaisir de vous écrire plus longuement et en attendant recevez de votre frérot tout dévoué ses plus sincères amitiés.

 

Hermann

4 août 1916 = offensive serbe dans la région du Lac Prespa en Macédoine

"En campagne" militaire s'entend, bien évidemment. Normalement "en campagne" est un terme du domaine militaire désignant les opérations de guerre.

"Couprie" est le nom de famille de mon arrière grand-père. C'est lui qui avait mis en contact Gabrielle et Hermann ; Gabrielle étant sa belle-soeur.

A bientôt

Bises

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Lettres du front

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

unehistoiredefil 13/09/2014 17:17

Toujours de jolies lettres!!! La bague mais wouaaaa!

Kiss-Bisou

Lilou pour L 09/09/2014 20:32

Incroyable correspondance ... tant de retenue dans les propos dans une période aussi troublée ... et ces bijoux, lourds de sous-entendus .... Je suis impatiente de "lire" encore de ces lettres ;) Merci !!!! xoxo

Elisabeth 10/09/2014 10:30

Il y en a encore quelques unes !
bises

titemounette 09/09/2014 16:23

La bague est en effet tres presente !!!! biz

Elisabeth 10/09/2014 10:29

Oui, elle est assez imposante ! mais très belle car très ouvragée même si elle est faite dans un matériau assez rudimentaire.
bises