Publié le 31 Août 2014

Athènes - le théâtre de Bacchus

Athènes - le théâtre de Bacchus

5 juin 1916

Chère Frangine,

 

Nous venons de changer d'emplacement pour venir prendre place dans un petit valonnement qui nous met un peu à l'abri. Grâce au courant d'air nous avons un peu moins chaud mais par contre les mouches sont innombrables.

A part cela tout va bien. Calme en général. J'espère que cette carte vous fera plaisir. Si vous en collectionnez dites-le moi je me ferai un plaisir de vous procurer des vues de la Grèce antique. 

A bientôt une longue lettre et je charge la présente de sincères amitiés pour ma frangine. 

 

Votre tout dévoué,                                     

Hermann                                            

Nous venons d'apprendre la victoire navale anglaise qui a produit ici un vif plaisir. Espérons que c'est le commencement de la fin, comme dit l'autre .         

 

 

 

la flotte britannique navigant en parallèle
la flotte britannique navigant en parallèle

La victoire anglaise dont Hermann parle est la Bataille de Jutland qui débuta le 31 mai 1916 et prit fin le lendemain matin par la fuite des navires allemands face à la flotte anglaise.

Lettres du front macédonien (3)

Ratech, 10 juin 1916   

Chère frangine, 

 

Voilà quelques jours que le courrier fait défaut ou du moins se trouve très réduit. Je sais que le grand frère n'est pas oublié mais j'ai hâte de voir venir la voiture du vaguemestre toute débordante de sacs et avoir le plaisir de vous lire. En attendant cela je vous trace ces quelques lignes pour tromper ce retard postal qui commence à nous fatiguer tous.

On est si heureux de pouvoir aider au triage et, surtout pour le plaisir de chercher ses lettres plutôt que celles des autres. Enfin j'espère que demain il y aura du bon, le vaguemestre nous a donné à espérer.

Quelle chaleur sur ces petites crêtes ! Il faudrait voir nos mines. On est tous mous et flasques comme des méduses et pour comble de bonheur, les mouches s'acharnent à nous tracasser continuellement. Heureusement qu'une grande nouvelle russe vient me tirer de ma nonchalance et me donner un peu d'énergie. Trois armées autrichiennes seraient en déroute. C'est merveilleux et laissez-moi dire comme un poilu tout à l'heure : c'est le commencement de la fin. Ici c'est toujours assez calme, les obus ne sont pas trop gênants et se tiennent à distance. 

Je vous quitte chère frangine dans l'espoir de vous lire bientôt.

 

Hermann                             

 

Excusez le crayon, dans l'effet d'exaltation de la victoire russe j'ai versé mon encrier.        

 

La "nouvelle russe" est l'offensive russe du Général Broussilov contre les armées allemandes et austro-hongroises. Cette offensive débute le 4 juin 1916 et se poursuit jusqu'en septembre de la même année.

A bientôt pour une prochaine lettre un peu plus longue cette fois.

Bises

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Lettres du front

Repost 0

Publié le 29 Août 2014

Déjà 1 an !

Un an !!

Déjà un an que j'ai ouvert mon blog !!

Un an c'est jeune et en même temps il s'en est passé des choses durant cette année !

Je vous remercie tous et toutes pour vos visites, vos commentaires, votre gentillesse et vos encouragements qui m'ont insuffler l'énergie nécessaire pour continuer ce petit blog qui, mine de rien, est très important pour moi !!

Alors pour souffler cette première bougie je vous propose de gagner de petits cadeaux. Oui il y en a plusieurs, 3 exactement !

Et voici plusieurs possibiltés de participer :

1/ laissez un commentaire sous cet article

2/ si en plus vous êtes abonné(e) vous avez une chance supplémentaire

3/ encore une autre chance si vous relayez l'info sur votre blog ; dans ce cas me l'indiquer en me laissant un nouveau commentaire

Maintenant passons aux cadeaux.

Pour THE gagnante ce sera un bijou, mais pas celui qui va suivre car celui-là c'est le mien ! Ce sera le même type de collier mais avec des variantes : la couleur car c'est vous qui allez la choisir et le pendentif risque d'être différent .......

Alors ça vous dit d'en avoir un dans ce style mais de la couleur que vous choisirez ??

Alors ça vous dit d'en avoir un dans ce style mais de la couleur que vous choisirez ??

Les deuxième et troisème cadeaux viennent tout droit de l'île de Ré !

Ce sont tout d'abord un lot de 2 jolies cartes :

Déjà 1 an !

et pour finir ................... un porte-clef avec un petit âne à culottes !! Lol

Déjà 1 an !

Alors n'hésitez pas ................... laissez un petit commentaire sous cet article et tentez votre chance !!!

Vous avez jusq'au 15 septembre, résultats du tirage au sort le 18 septembre.

Bonne chance à vous !

Bises

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #jeu

Repost 0

Publié le 28 Août 2014

Campagne d'Orient (Grèce)

Campagne d'Orient (Grèce)

Dans les ruines de Yenni Kerri

31 mai 1916 

 

Mademoiselle, 

 

Tirez-moi d'embarras, je vous en prie.  Oui je dis d'embarras, car vos deux dernières lettres m'ont mis dans une situation difficile.

Ainsi dans votre charmante lettre du 18 vous m'appelez votre cher frangin. Inutile de vous dire que cette nouvelle appellation m'a fait vivement plaisir et je l'approuve beaucoup. Seulement voilà où se trouve mon embarras : dois-je vous appeler à mon tour, grande soeur, ou bien chère frangine tout simplement ? Vous direz il est stupide et vous aurez raison. Je perds le fil de mon idée......

Grande soeur, au sens figuré, c'est très justifié, mais il me semble et vous en conviendrez que nous n'en sommes plus à ces termes de premier abord et solennels. D'autre part vous me faites comprendre être plus jeune que moi. Alors je crois que chère frangine irait mieux, c'est d'ailleurs plus calin et beaucoup plus fraternel.

"Je ne me vois pas assez vieille pour un filleul de votre âge"    Oh !  voilà qui m'intrique au suprême degré. Aussi vous devinez ce que j'exigerai comme réponse dans votre prochaine lettre, votre âge. Vous seriez aimable aussi tout plein de me dire cela.

Il faut tout de même que je me présente un peu ma soeurette, ou du moins en âge. Dans vos premières lettres quand vous me parliez de la grande soeur, j'avais pris la chose au sens propre et figuré naturellement, voilà qu'il n'en est pas ainsi. Je me figurais une demoiselle dans les 24-25 ans que sais-je ? Mais non, elle est plus jeune. Tant mieux. Pourquoi ? Je n'en sais rien et cela me plaît plus. C'est donc entendu n'est-ce pas ? Je veux connaître l'âge de ma soeurette.

Laissez-moi maintenant vous remercier infiniment pour le colis, il est arrivé en parfait état et dans l'espace de trois jours. Le contenu était excellent et tout à fait de mon goût. A propos de goût ne vous en tourmentez pas, tout ce que vous y mettrez me plaira toujours. Seulement d'après votre lettre du 17 j'apprends l'arrivée d'un deuxième colis et j'en suis très confus et ne sais comment vous en remercier. Vous êtes vraiment trop bonne, je dirai même pas sérieuse.

J'ai été très heureux quand vous m'avez appris que vous étiez à Aulnay et que cela vous faisait plaisir. C'est bien vrai ce que vous dites, les beaux jours passent toujours trop vite. Combien j'aimerais aussi me trouver parmi des êtres chers comme vous en ce moment. Comme je ne savais pas apprécier les doux moments passés jadis dans ma ville ou alors je n'en comprenais que très peu la valeur.

On a raison de dire qu'il faut souffrir pour savoir mieux aimer. Hélas pour l'instant je suis privé de toute affection proche. Heureusement l'habitude est là pour nous soulager, elle efface le souvenir et l'on souffre bien moins. 

Si ce n'était les chaudes lettres que vous m'envoyez et celles que certains parents m'envoient, eh bien croyez Mademoiselle que je retournerais complètement à l'état animal. C'est triste mais c'est vrai et j'ai la certitude que tous mes camarades en sont là.  Ecartés de tout pendant des mois entiers comme des cloîtrés, c'est à y perdre toutes ses facultés. Pauvre jeunesse ! et quel sacrifice pour cette chère France ! 

Enfin vous me donnez espoir ainsi que tant d'autres et cela me relève un peu le moral. Dieu entende vos souhaits Mademoiselle puisque vous y mettez toute votre âme et proche soit le jour où nous reverrons toutes les beautés de la vie normale. 

Il paraît que mes pauvres turcs sont en mauvaise posture. Les hardis Russes viennent d'effectuer la liaison avec les Anglais ce qui donnera je pense aux Allemands l'occasion de réfléchir. je disais mes pauvres turcs Mademoiselle car ils sont plutôt à plaindre qu'à blâmer. Si ce n'était, leurs monstrueux entraîneurs et notre négligence diplomatique en Orient, nous aurions eu à l'heure actuelle une puissante armée de braves qui se battraient à nos sôtés tels tous nos alliés. Mais le turc est ignorant et par suite facile à conduire. Ses services étaient à la disposition du premier occupant et fatalement les autres sont arrivés avant nous.  Résultat : vous le voyez. Bref il faut espérer que c'est eux que nous aurons les premiers et que la chute de Bagdad sera un fort coup de massue donné à l'agonie de l'homme malade.

Quant à nous, c'est calme en général. Quelques bombardements se sont fait sentir ces derniers jours mais sans importance. Je ne sais trop les surprises qui nous sont réservées. Vous devez être plus renseignée que moi car c'est en France que se prennent les décisions.

Pour ma part je suis tranquille et toujours satisfait de mon poste. On ne saurait d'ailleurs être mieux. Le temps ne me manque pas pour écrire mais vous m'excuserez si j'ai mis deux jours pour répondre à vos lettres car par extraordinaire j'ai été un peu occupé hier et ce matin. Mais je n'ai pas manqué aussitôt débarassé de vous écrire.

Si vous le voulez bien à partir de ce jour on s'écrira plus osuvent que ce qui n'était jusqu'à présent. Je ne veux pas vous obliger si jamais vous n'en aviez pas le temps aussi j'attendrais votre réponse à ce sujet.

Je vous quitte alors en renouvelant mes remerciements pour les envois, ainsi que mes petites recommandations. Dans l'espoir de vous relire au plus tôt, recevez Mademoiselle, les très sincères amitiés de cotre frangin tout dévoué.

 

Hermann Wagner 

Dites-moi si l'aquarelle vous fait plaisir, je vous en enverrai toutes les fois que j'aurais l'occasion de dessiner.

En 1916 Gabrielle avait 24 ans, je n'ai pas de renseignement sur l'âge d'Hermann mais on peut supposer qu'il était dans la même tranche d'âge ou juste un peu plus âgé.

Les courriers sont retranscris très fidèlement mais bien entendu il faut les replacer dans le contexte de l'époque.

Fermage macédonien

Fermage macédonien

Bises

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Lettres du front

Repost 0

Publié le 27 Août 2014

Depuis que mon allergie aux produits laitiers s'est déclaré , je crois que je n'avais pas encore re-goûté au plaisir de manger des endives au jambon.

Alors quand je suis tombé sur une recette où la béchamel était remplacée par une sauce blanche faite sans lait , je n'ai pas traîné à la tester !! Et je dois dire que bien m'en a pris car je me suis régalée..........

Voici la recette :

Ingrédients pour 3 personnes :

6 petites endives préparées - 6 tranches de jambon - 40g de farine - 30ml d'huile - 1/4 de l d'eau bouillante avec 1 bouillon concentré - 5ml de sel - poivre et muscade à volonté.

Faites cuire les endives selon vos habitudes.

Pendant ce temps préparez la sauce : versez la farine et l'huile dans un shaker ou un récipient assez grand qui puisse fermer. Mélangez énergiquement. Ouvrez et versez l'eau bouillante dans laquelle vous aurez préalablement délayé le bouillon concentré, le sel, le poivre et la muscade. Bien mélangez et laissez en attente.

Roulez chaque endive dans une tranche de jambon blanc et les ranger dans un plat allant au four.

Versez la sauce dessus.

Pour faire gratiner j'ai mis sur chaque rouleau un morceau de fromage de brebis (que je tolère plutôt bien).

Mettre à four chaud entre 20 et 30 mn. Laissez tiédir un peu avant de déguster.

Endives au jambon sans lait

Vous venez ? ............... je vous invite !

Bises

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Côté cuisine

Repost 0

Publié le 25 Août 2014

Hermann et Gabrielle : Lettres du front macédonien

Cette année nous fêtons le centenaire du début de la "Grande Guerre" 1914-1918.

Je ne vais pas vous faire un cours d'histoire, mais à cette occasion j'ai ressorti du fond de mes tiroirs un trésor que je garde précieusement.

Pour tout vous dire j'ai eu une grand-grand-tante (en bref la tante de mon grand-père) qui a fait office de Mamie et chez qui j'ai passé beaucoup de temps quand j'étais enfant, puis adolescente.

Lorsque j'étais chez elle, je passais beaucoup de temps au milieu des vieux magazines (l'Echo de la mode, Bonnes soirées.........) et à l'occasion je rêvais devant les vieilles cartes postales qu'elle conservait dans une grande boîte en fer.

Et c'est comme ça que je suis tombée sur des cartes qui lui avaient été envoyé pendant la guerre.

Ces cartes ayant éveillé ma curiosité, Tata Gaby, comme on l'appelait, m'avait expliqué qu'elle avait été "marraine de guerre" d'un compagnon d'armes de son beau-frère qui se trouvait cantonné en Macédonie. Mais le plus gros de la correspondance n'avait pas été conservé, seules les cartes postales et trois lettres illustrées par des dessins avaient "survécues".

Ces cartes je les ai conservé précieusement et aujourd'hui j'avais envie de partager ces quelques missives avec vous.

Voici donc la première :

Hermann et Gabrielle : Lettres du front macédonien

En campagne le 28 mai 1916

Yenni Kerri (Macédoine)

Mademoiselle,

 

Je viens de recevoir votre aimable lettre et quelle n'a pas été ma surprise quand j'ai relu les premières lignes. Oh! elle était bonne celle-là et je ne m'y attendais pas du tout. Aussi le lendemain même je me suis empressé d'aller remercier Mr Couprie de m'avoir aussi gentiment recommandé auprès de vous. Enfin la chose m'a été d'autant plus agréable qu'elle venait de la part d'un bon camarade.

Quant à l'impression produite par mon nom, je m'en doutais bien. Vous n'êtes pas la seule Mademoiselle et toutes les personnes qui me voient pour la première fois en sont là. Heureusement mon physique qui n'a rien de la tête carrée calme aussitôt les esprits et mes sentiments, je m'en vante avec fierté, sont loin d'être germanophiles. Bref je crois inutile d'insister puisque vous le dites si bien, qu'importe le nom si le coeur est français. 

Vous me parlez Mademoiselle de mes parents et si je puis avoir de leurs nouvelles. Hélas non, ou du moins celles que j'ai et qui sont indirectes ne me suffisent guère. Il faut se contenter de ce que l'on a. Des parents à Marseille me renseignent quand ils le peuvent (toujours indirectement), de mon côté je puise à Salonique tout ce qu'il y a comme "canards" , car ça ne peut être autre chose, et de cette fusion j'en tire tout ce qui est rassurant et je me console.

Vous me dites que l'habitude est une deuxième nature. Vous avez fort raison Mademoiselle et j'ai d'aussi bonnes raisons que vous peut-être pour y croire. Enfin je compte à présent sur vos bonnes lettres pour tromper les mauvais jours et rendre les heures plus douces. Vous ne pouvez vous figurer combien une bonneet longue lettre encourage et avec quelle fièvre on les attend.

Grâce à Dieu, jusqu'à ce jour je n'ai pas été délaissé. Mes parents de France me donnent de l'espoir tant qu'ils peuvent. Je n'en doute pas nous sommes incontestablement les plus forts. Mais c'est égal la lettre d'une soeur ou d'une mèrec'est autre chose. Le coeur des femmes est toujours plus tendre, plus doux, comme elles savent trouver le mot, la phrase, qui vous fait sourire malgrévous, qui vous donne de la force et alors tout est oublié.

Une soeur, j'en ai une maintenant, aussi je compte sur elle pour tromper les durs instants que nous traversons. Durs, il faut s'entendre. Naturellement nous sommes bien loin d'être aussi malheureux que nos frères de Verdun, oh! bien loin. Les combats ne sont pas engagés, de rares bombardements, des marches pas bien nombreuses, et ma foi nous sommes des privilégiés (pour l'instant) mais ça viendra.

Je disais durs car nous sommes loin et cela y fait beaucoup. Ne parlons pas du cafard Mademoiselle, il est plus tenace que les Bulgares et redouble ses attaques. Ne trouvez-vous pas qu'il en faut de la patience ? Que c'est long ! Heureusement qu'étant interprète je suis un peu favorisé. Voilà près de deux mois que j'occupe ce poste et voudrais bien que la chose continue. Je suis assez tranquille et indépendant. Ce qui me permet d'employer mon temps à ma guise, chose très appréciable. Que serait-ce sans cela ?

J'ai vu aussi les mauvais mois de la Serbie mais comme simple poilu alors, quelle musique. Comme cela s'oublie aussi, c'est curieux heureusement. Enfin à Messieurs les Bocho-bulgares à battre un peu en retraite. Espérons que ça ne tardera et qu'on pourra rendre bientôt à ces pauvres Serbes une terre qui sera bien gagnée. En voilà encore qui en ont vu de dures. Et dire que bien d'entre eux ont perdu outre leurs biens, mais aussi leurs familles. Quel désastre tout de même.

Je suis heureux de savoir Monsieur votre frère un peu à l'abri, il me semble que ceux qui risquent depuis le début ont droit à quelques faveurs.

 

Hermann Wagner                                      

 

 

A bientôt pour la prochaine, bises

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Lettres du front

Repost 0

Publié le 24 Août 2014

Juste pour vous dire que je ne reçois toujours aucune newsletters des blogs hébergés par Canalblog , et pourtant je me suis même réabonnée à certains ! Eh bien ça ne donne rien non plus !!!! Lol

Vous me direz ça limite les messages dans ma boîte mail . mdr

J'aimerais savoir s'il n'y a que moi dans ce cas ??? car c'est plutôt bizarre comme truc !

Petite info

Bises

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #blabla, #humour

Repost 0

Publié le 22 Août 2014

L'été indien ........

Quoi de plus agréable que de préparer la rentrée les pieds dans le sable ?? Rien ... si ce n'est faire durer le plaisir ... et se préparer un bel Eté Indien !!!!

Défilé le 22 Août

Pour ce nouveau Défi, je vous propose une rentrée en demi-teinte ... on va profiter encore un peu de la douceur de l'arrière saison en jouant les prolongations !!!! Cotonnades légères, couleurs chaudes ou blancs lumineux, accessoires ethniques ... et, pourquoi pas, une "petite laine" ??

Voilà le défi que nous avait lancé Edith du blog "Lilou pour L" , il y a de cela quelques semaines et quasiment en même temps "Marmotta couture" nous proposait un défi Lin ; alors je me suis dit "pourquoi ne pas faire d'une pierre, deux coups ?"

En effet j'avais dans mon stock recyclage une jolie chemise trouvée chez Emmaus que je me voyais bien combiner avec une robe dans une teinte assortie que j'avais dans ma garde-robe et que je ne mettais plus car trop juste . Et les deux étaient en lin !!

Au départ j'étais partie pour faire une robe "esprit 70" sans manches.

Voici les éléments de départ :  la chemise à grandes fleurs et  la robe en question qui était du même rouge orangé que celui des fleurs de la chemise.
Voici les éléments de départ :  la chemise à grandes fleurs et  la robe en question qui était du même rouge orangé que celui des fleurs de la chemise.

Voici les éléments de départ : la chemise à grandes fleurs et la robe en question qui était du même rouge orangé que celui des fleurs de la chemise.

Tout roulait, j'avais découpé les pièces de la chemise puis assemblé les dos, les devants, les côtés, le col, la poche, la partie jupe (coupée dans le bas de la robe)............

Mais à l'essayage quelque chose n'allait pas et comme j'ai senti que je n'allais pas arriver à changer ça j'ai préféré carrément recoupé le bas que je venais de coudre.

Finalement en lieu et place de la robe, j'ai une chemise sans manche !! Lol

Voici le résultat en images

L'été indien ........

Par rapport au patron d'origine je n'ai pas fait de manches. J'ai gardé le boutonnage de la chemise d'origine en rajoutant des boutonnières. Je me suis également resservie de la poche que j'avais décousu et que j'ai garni avec le tissu contrastant de la robe.

J'avais donc cousu une jupe (coupée dans le bas de la robe) au bas du chemisier mais il y avait quelque chose qui n'allait pas dans le tombé alors j'ai coupé et bordé le bas du chemisier avec le biais taillé dans la robe. Les emmanchures ont également été bordées par du biais et le dessus du col a été coupé dans la robe aussi.

La petite photo en haut tout à droite vous présente la pince que j'ai faite sur chaque emmanchure au niveau du dos pour que ça ne baille pas trop.

J'aime beaucoup cet imprimé et je regrette de n'avoir pas pu faire la robe mais tout ne marche pas toujours comme on le désire .............lol

Alors pensez-vous que ma chemise fait "été indien" ? défi réussi ?

Et n'hésitez pas à aller voir toutes les réalisations des copinautes chez Lilou pour L, je suis sûre que vous allez en prendre plein les mirettes !!!!

Bises

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Côté couture, #Défi, #Recyclage

Repost 0

Publié le 19 Août 2014

Un petit récapitulatif des défis à venir (pour les liens cliquez sur les images)

22 août

Quelques défis .........

Défi "L'été Indien" chez "Lilou pour L"

Quelques défis .........

Défi "lin" chez "Marmotta couture"

1er septembre

Quelques défis .........

Plagier le "Style Kocotte" chez "Kocotte et cyclotte"

Quelques défis .........

Défi "Emmène-moi en vacances" chez "C'est qui qui coud ?"

5 septembre

Quelques défis .........

Défi "Sage comme 1 image" chez "Bidouilles, Chou et Epinards"

15 septembre

Quelques défis .........

Défi "Etre la plus belle..... pour la rentrée !" chez .........Moi ! Lol

20 septembre

Quelques défis .........

Défi "Une pochette minimaliste" chez "Cosiadoru"

Voilà de quoi nous occuper !

Je ne sais pas si je vais ariver à tous les faire mais je vais essayer..............

Et vous, vous pensez en faire 1, 2, ...........ou tous ????

Bises

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Défi

Repost 0

Publié le 17 Août 2014

Quelques p'tites photos

Je ne vous présente pas souvent de photos de mes réalisations portées , alors pour une fois que j'avais une personne qui a bien voulu jouer les photographes je vous ai concocté une petite compilation.

Pendant cette petite séance photo Vanille a été très présente ! Lol Ben oui, d'habitude c'est elle la vedette !!

Quelques p'tites photos

Vous avez sur la gauche la robe gipsy dont vous constaterez que j'ai supprimé les manches ; finalement je suis plus à l'aise sans .

Il y a également la jupe paréo ; une robe issue d'un recyclage ainsi que la petite jupe noire (pantalon transformé) que j'ai associé au chemiser du défi "le réveil de la marmotte".

Je sais que je ne vous mets pas beaucoup de "photos portées" mais je pense que je renouvellerais cette petite expérience de temps à autre quand j'aurais un photographe "volontaire" sous la main .

En attendant je vous souhaite un bon dimanche......................

Bises

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Photos

Repost 0

Publié le 14 Août 2014

Eh non, pas encore de cousettes à vous présenter mais ça va venir...........

En attendant il fallait que je cuisine quelques fruits qui commençaient à être mûrs, très murs.........!!

D'un côté j'avais des prunes très mûres que j'ai trouvé déposées gentiment sur le pas de ma porte! Livrées à domicile, c'est-y pas beau ?

De l'autre 2 mangues que j'avais acheté mûres justement pour transformer soit en chutney, soit en confiture.

Après avoir navigué un peu sur le net, je me suis décidée pour les deux recettes suivantes :

Confiture prunes-gingembre et romarin Ici

Avec 500g de prunes j'ai pu faire 3 pots !

J'ai pratiquement suivi la recette sauf pour le gingembre : j'en avais pas de frais alors j'ai mis du gingembre confit.

Le troisième pot n'étant pas plein , je crois qu'il va faire les frais d'une dégustation très prochainement !

Le troisième pot n'étant pas plein , je crois qu'il va faire les frais d'une dégustation très prochainement !

Confiture mangue à la vanille Ici

Là aussi je n'avais que 500g mais cette fois ça n'a donné que 2 pots ! Lol

La recette est simple mais je n'ai pas mis les mêmes proportions que celles indiquées car j'avais peur que ce soit trop sucré. Je n'ai donc mis que la moitié du poids des fruits en sucre.

J'ai également rajouté un jus de citron, ajout systématique pour chaque tournée de confiture quelle qu'elle soit.

les petits grains noirs que l'on voit, ce sont les grains de la gousse de vanille

les petits grains noirs que l'on voit, ce sont les grains de la gousse de vanille

Si je rajoute à tout ça ma première fournée de confiture de prunes, celle aux cerises noires et celle d'abricots aux graines de nigelle je pense que ça fait déjà pas mal !!

Et vous vous en avez fait des confitures ?

Bises

P.S. Vous avez vu où elle va se cacher cette petite chipie de Vanille ?

Confitures

Voir les commentaires

Rédigé par Elisabeth

Publié dans #Côté cuisine, #Chat

Repost 0